Présentation

L’ESPRIT DE LA PRATIQUE…

Le tir à l’arc est consubstantiel de la mythologie cosmogonique de  l’Empire du Milieu depuis des millénaires. Il était considéré comme l’un des « Six Dons du Ciel » avec la calligraphie, la littérature, les mathématiques, la musique et la maîtrise d’attelages.

La  « Voie de l’Arc » ou « GONG DAO » (Kung Dao *), fut considéré  en Asie, comme le summum des « arts martiaux ». Dans l’Empire du Milieu, la philosophie de cet Art s’est imprégnée des « Trois Enseignements »: le Taoïsme – le Confucianisme – le Bouddhisme C’han.

Le « GONG DAO » ne s’intellectualise pas, il se vit. Il est une ascèse de la connaissance de soi,  qui conduit à la maîtrise du corps, du mental et des énergies. Alors, « duan » après « duan », l’initié parviendra au T’aï Ji, c’est à dire à l’harmonie intérieure, en osmose « microcosme-macrocosme ».

L’approche du « Gong Dao » (ou : Voie de l’Arc) s’initie d’abord par la « gestuelle respirée » qui y prépare, c’est la partie « Dao Yin » (qigong.)

À partir de là, on apprend la forme gestuelle du tir à l’arc traditionnel chinoise, avec la respiration en phase, c’est la partie « Gong Dao » (kung dao)

La transcription pinyin de Kung Dao est « Gongd Dao », en chinois on dirait aussi « Gondzhi Dao »  弓之道 (C. Despeux).

OUVRAGES DE RÉFÉRENCE

Rédigé en anglais, cet ouvrage est d’une très grande richesse documentaire sur l’archerie chinoise ancienne. Son auteur : Stephen Selby un chercheur britannique de haut niveau, spécialisé dans l’archerie aborde le thème en sinologue averti.

Ouvrage (+ dvd) en français, orienté vers le choix de la pratique du tir à l’arc chinois en terme de tradition philosophique ancienne : « la « VOIE de l’ARC ». Ce traité s’adosse aux textes anciens des traditions chinoises. Son auteur archer maître d’armes (9e duan) de haut niveau (diplômé d’État), pratique et enseigne l’Art au sein de l’Académie d’archerie traditionnelle.